Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12/06/2010

l'impossible français

lune.jpg

« Impossible n’est pas français » disait Napoléon, Midas de son temps selon ceux de ses subordonnés, rares, qui prétendaient avoir aperçu ses oreilles d’âne (probablement sous son bicorne de  Guardia Civil où il les cachait) ; mais ces collaborateurs, non plus d’ailleurs que son bon peuple, n’avaient jamais mis en cause sa crédibilité : le suivant partout, ils en redemandaient après chaque raclée…

Henri IV n’en avait pas, je le sais, sous son panache…  mais çà ne lui a pas porté bonheur pour autant !

Nos Midas contemporains, qui en ont,  nous les cachent de plus en plus difficilement : aussi leurs demandes impératives (à défaut d’être impériales) apparaissent parfois décalées voire surréalistes… Elles sont donc presque toujours rectifiées par les exécutants mais considérées comme exhaussées quand même car, heureusement, ils ont la vue aussi courte que les oreilles longues ! J’ai usé souvent de « ces simplifications » et m’en suis très bien porté… (Elles m’ont évité probablement de me faire gauler pas loin d’une paillotte, ou dépailler pas loin d’un gaulliste…) 

Il m’est tout de même arrivé de faire vérifier sur ordre si la pompe d’une station service à laquelle s’était servi le préfet directeur central des RG en villégiature dans mon ressort n’était pas bidouillée ; il avait trouvé, déjà à l’époque, le plein trop coûteux pour sa maigre paye ! Au début je croyais que c’était un gag, ou une punition (« vous me ferez dix pompes »). Mais non, mais non, c’était un vrai ordre de mission ! Il ne fut pas trop difficile d’opérer le contrôle et d’une manière scientifique, avec un jerrycan… Tout baignait ! (quand jerrycan eut bu, Ubu cane Jarry et je ricane)

Parmi les demandes les plus loufoques, je citerai sans réfléchir les exigences de prévisions pour toutes les élections, politiques, syndicales ou consulaires ; on recevait ainsi, trois ou quatre fois avant la consultation des feuilles de prévisions en voix et en pourcentages pour chaque candidat et pour chaque liste. Nos divinations devaient être fournies selon un calendrier obligatoire à notre préfet et à Paris. De la même manière, le soir des élections, nous devions produire, à partir de quelques résultats partiels dans des bureaux-tests que nous avions sélectionnés, le résultat final anticipé !

Cela probablement pour que le préfet puisse très rapidement congratuler le vainqueur attendu et se constituer en cellule psychologique pour que le battu potentiel  puisse faire son deuil des prébendes perdues : j’ai toujours admiré l’habileté de nos membres du corps préfectoral en la matière  (ils opéraient un peu comme ces kinés qui massent deux patients dans deux salles différentes selon deux thérapies opposées)

(En allant jusqu’au bout de la logique, on aurait pu faire l’économie du déplacement des citoyens vers les urnes : il aurait suffi de nous faire confiance et de publier notre dernier pronostic validé au Journal Officiel.) 

Comment s’établissaient ces prévisions ? D’une manière très pragmatique (les mathématiques de Prague, vous connaissez … ?) A la « va-comme-j’te-pousse »,  à la « fais-gaffe-à-la-mousse », à la « je-sème-à-tous-vents-comme-Larousse », il me faut bien l’avouer à ma plus grande confusion. Chacun avait son truc : les faire établir par tous les partis politiques concernés puis prendre la moyenne arithmétique de ces prévisions, extrapoler à partir de résultats relevés sur la circonscription au cours de consultations antérieures et jugées comparables, se servir des cent dernières grilles gagnantes du loto, dresser des cierges à Saint Antoine que l’on prie pour les causes perdues…

« Mais vous aviez les sondages RG, çà c’est du scientifique… » - me direz-vous.

« Vous n’avez rien dit ? » ; « tant pis, je vous explique quand même… »

Les sondages effectués dans notre zone géographique l’étaient par des fonctionnaires RG venus d’ailleurs (de Paris ou d’autres départements), placés sous la responsabilité d’un gars de la direction centrale débarqué pour la circonstance et qui dirigeait les équipes de sondeurs hors la vue du patron local et de ses fonctionnaires. Le parisien repartait avec les enveloppes-réponses sans rencontrer ou dire qui ou quoi que ce soit.  Alors pour nos prévisions : banzaï ! On était un peu comme ces zoologues qui auraient voulu capturer un félin en battant la campagne au hasard et sans équipements  tandis que d’autres le feraient avec un récepteur goniométrique calé sur l’émetteur attaché au coup de l’animal !

Cerise sur le gâteau : la direction se croyait obligée de donner les résultats (prétendus scientifiques) des sondages au préfet ou à l’élu qui était en lice : ils étaient donc souvent en désaccord avec nos prévisions  (nées de nos cogitations paraplégiques).

« Il faudra que vous révisiez vos pronostics, monsieur le commissaire, ils sont très loin de la réalité… », se régalait alors de nous lancer le préfet ; l’élu quant à lui nous battait froid nous signifiant : « vous ne m’aimez décidément pas, monsieur, car on m’a dit que vos prévisions me concernant sont moins bonnes que vos propres sondages ! »

La chose s’aggravait encore le jour des élections si nos prévisions avaient eu tort par rapport aux sondages RG (que tout le monde connaissait maintenant mais que nous n’avions toujours pas vus) et même si nos prévisions étaient bonnes contre ces sondages… les sondages étant signés RG, l’opprobre était donc encore pour nous !

J’oubliais que pour corser un peu le tout… (J’ai mis « corser » à tort car en Corse chacun vote comme sa famille a toujours voté, comme son clan vote : prévisions simplifiées… ! Alors « corser »… !) ; disons, pour nous aiguillonner un peu plus… (Là, les Corses sont très forts…) le préfet faisait réaliser en parallèle des prévisions par les membres de son cabinet… qui utilisaient en douce, devinez quoi… ? Nos prévisions et nos sondages, bien sûr !… (C’était le troisième mode possible pour notre exécution…au cas où on aurait survécu aux deux autres… même acharnement que pour l’assassinat de RASPOUTINE par le prince YOSSOUPOV…)

Si j’étais vulgaire je dirais : « imbaisable tout çà ! »… Ah ces longues soirées électorales où nous risquions d’être la risée de tout un département, jusqu’au dernier des attachés parlementaires ou des commis de préfecture, qui, gavés de petits fours et de primes pour travail effectué un jour de repos hebdomadaire, soupèseraient à l’envie notre infortune (elle, assortie d’une absence de primes et souvent privée de la fameuse ronde de petits fours… c’est vrai qu’en fait de four on avait la dose !) Ah, ils nous ont collé souvent ces oreilles d’âne, méritées pourtant par nos seuls chefs qui feignaient d’ignorer qu’en contrepoint du fameux « impossible n’est pas français », il y a le proverbe tout aussi sagace : « à l’impossible nul n’est tenu » !

Nous avions heureusement - dans ce domaine - nos petites vengeances : l’une d’elle consistait,  pour des élections nationales (présidentielles ou législatives), à échanger les résultats des sondages que nous avions pu tout de même recueillir chacun de notre côté (en soudoyant l’équipe des sondeurs opérant sur notre département ou les secrétariats du préfet ou du parlementaire récepteurs des résultats par exemple).

On instituait une sorte de bourse des résultats de région à région sur le principe : « mes sondeurs ont été chez toi, je te donne les résultats ; les tiens ont été chez Francis, donne lui ses résultats, il me passera les miens recueillis par ses gars ». Ainsi on a pu se délecter en connaissant à l’avance l’échec d’un président qu’on n’aimait pas trop et qui était de plus en plus seul à croire en sa réélection… c’est celui-là même qui a demandé que les RG ne fasse plus de sondages… (les confiant au privé pour le plus grand bonheur  du contribuable), vous voyez de qui je parle ? Il cassait de cette manière le thermomètre qui lui parlait de sa maladie. (Résultat : il l’a eu dans le… bloup. « Bonchoir mesdames, bonchoir messieurs… »)

Allez, on quitte les ors des préfectures et des hôtels départementaux pour le terrain, pour l’arène même ! Je vais vous parler de razzetteurs (… pas de razzieurs, quoique…), car nous avons été, fonctionnaires, chargés d’arracher le petit nœud de ruban entre les cornes des taureaux dans le soleil du Midi, mais oui !

Ollé ! Un sous-préfet nous avait organisé cette petite partie entre les vignes du Languedoc où « s’exprimaient » la fougue et l’allant mugissant d’une bonne centaine de viticulteurs piqués par la baisse du cours du vin et des importations de moûts étrangers. Outre la quête  des cibles habituelles soumises à leur colère dévastatrice (perceptions, péages d’autoroute, citernes de transporteurs étrangers, panneaux de signalisation routière, infrastructures ferroviaires), la horde (les uns d’Attila et les autres vandales allant tout de goth) se donnait bien du mal pour essayer de nous coincer, nous qui les suivions depuis l’aube et établissions (par chemins) la geste de leurs faits, méfaits et gestes…

Je venais d’entendre sur nos ondes que les CRS au contact des éléments avancés des manifestants, arguant de l’agressivité de leurs protagonistes, demandaient de différer la charge ordonnée par le sous-préfet. Ce dernier, voulant éviter une émeute, venait d’approuver cette reculade quand il nous demanda, très hertzien : « où vous en êtes de l’identification des participants aux incidents ?». Je lui fis réponse qu’elle était en cours mais que la plupart de nos clients avaient dissimulé les plaques minéralogiques de leurs véhicules sous de larges bandes adhésives de plastic foncé.

La réponse la plus étonnante ne tarda pas : « Eh bien attendez qu’ils s’arrêtent quelque part et arrachez ces bandes que l’on sache à qui on a affaire ! »

Dans la pratique cela voulait dire qu’à quatre, connus comme flics (et comme pots de colle…), nous devions aller provoquer la centaine de manifestants que quatre vingt CRS refusaient d’affronter ! (J’en restais scotché… !)

Est-ce que le sous-préfet nous sur-préférait au point de nous percevoir en Rambo (s)  capables d’anéantir les armées Viêt et Mogol réunies tout  en téléphonant à nos fiancées et en dégustant une papaye ? Est-ce qu’il voulait donner une leçon de bravoure au forces cuirassées en sacrifiant quelques estafettes (… oui çà va l’être, ta fête !) ? Avait-il essayé d’éponger, héroïquement seul dans son bureau, tous les invendus d’une viticulture en crise ?

On ne l’a pas vraiment su et il n’eut jamais notre réponse : notre radio étant bizarrement tombée en panne après la réception de son ordre… Et, la journée de protestation ayant été très longue, ce n’est que le lendemain, une liste bien bidouillée en main, que nous reprîmes contact avec ce quasi de préfet.

« Ah, je vois que vous avez pu faire le nécessaire pour les participants ! Bravo ! »

« De rien, de rien, c’est la routine, monsieur le sous-préfet ! »

Une dernière pour la route ? (vous verrez que c’est bien le cas de le dire…)

Allez, cette fois parlons d’un préfet de région…

Là aussi un coup de chaud sur la tournante ?

Probablement.

Nous lui avions annoncé qu’une manifestation prévue dans son chef-lieu serait principalement constituée d’éléments venus d’une autre ville de son département. Ces manifestants prendraient pour venir – selon nos informations - le tortillard touristique local, desservant à la belle saison les patelins pentus d’un arrière-pays géographiquement plus que tourmenté. J’insiste sur pentus car cette caractéristique retint plus que de raison l’attention de notre gouverneur régional dont l’imagination fertile comblait assez souvent les trous d’air d’une intelligence très basique.

Se tournant vers moi en pleine réunion de police, il me demanda :

« Monsieur le commissaire, avez-vous trouvé le moyen d’empêcher ces trublions de rejoindre notre ville ? »

« Non, monsieur le préfet… » (Voix off : « Au secours Charles Quint, l’Espagne se meurt, l’Espagne s’éteint ! »)

« Pourtant c’est simple… personne ici n’a une idée ? »

Je vis le gendarme et ses cinq sardines se courber un peu plus vers un dossier certainement très urgent, mon collègue de sécurité publique, écartant les bras, me faire le geste d’innocente confiance que le chrétien devait esquisser vers son dieu peu avant le lâcher des lions (et je te relance ainsi la patate chaude…)

« Il faut que ce soit moi qui trouve ? » (Silence)

« Monsieur le commissaire, s’il vous plait, vous m’envoyez deux de vos gars des RG dans la rampe du col de… (une des plus forte d’Europe pour les trains), là où notre « express » patine sur les feuilles d’arbre une fois sur deux, vous leur demandez de répandre sur la voie de l’huile de vidange et de remettre les feuilles… : le train arrivera après la fin de la manif ou n’arrivera jamais, le tour est joué ! »

(Off: « oh la belle bleu... wait and see. »)

« Je vais étudier la question monsieur le préfet, je vous rendrai compte… »

Je ne sais plus très bien ce qui se passa, mais les organisateurs modifièrent l’organisation du voyage peu avant la manif (ils n’avaient peut-être pas obtenu un tarif-groupe) : ils décidèrent de venir par la route. La journée se déroula sans incidents et les vacanciers continuèrent à s’émerveiller, seuls, du spectacle du balayage et du sablage des voies à l’ancienne en pleine forêt domaniale.

Ce préfet, par la suite, devint avocat… (Là, l’esprit inventif çà paye !) S’il possédait un point commun avec celui des paillotes (mais je ne dirai pas lequel… na !), il ne disposait pas, à ses ordres, du même commissaire… heureusement pour lui, tant pis pour l’autre.

D’autres histoires, tout aussi édifiantes, ne sont malheureusement pas racontables étant couvertes par le secret défense (qui nous poursuit jusque dans la tombe et sert de viatique à la respectabilité de pas mal de nos anciens employeurs), mais si je vous dis que c’est en ce domaine que l’on a vu au plus prés les belles oreilles dont Midas était doté : des oreilles sacrées, mais éléphantesques tout de même, (sauf ton respect, Ganesch), vous me croirez sur parole ?

Allons, accordons deux oreilles pour finir à ce préfet des Pyrénées centrales qui coupa la corde assurant un directeur départemental des RG à son poste pour le précipiter dans le vide administratif, lui montrant qu’en haute montagne comme en haute mer une faute ne pardonne pas.

Quelle faute professionnelle avait-il commise ?

Il avait refusé d’utiliser les maigres troupes dont il disposait pour élucider l’énigme locale du siècle : l’assassinat à la chevrotine d’un garde forestier sur les alpages en saison de chasse interdite. Prétextant que ce n’était pas son domaine de compétence et que les pandores saisis par le juge d’instruction ne comprendraient pas cette confusion des genres et des emplois : il était allé direct dans la machine à broyer !

Il aurait pu quelques semaines, aux frais des contribuables, coucher à l’abri, humer l’air des cimes, ouïr tous les échos, interroger l’eau glacée des sources, planquer auprès des terriers des marmottes, apprendre à écrire au corbeau ! Pas bien adapté au terrain ce commissaire, il méritait donc de partir ! Le garde forestier avait été tué par un braconnier mi-cloche mi-renard comme l’ont établi sans peine les gendarmes, le commissaire par un préfet pas même mi-d’as.

« A l’impossible nul n’est tenu » dit le proverbe français… mais Napoléon, alors ? « Impossible n’est pas français » qu’il disait ! Comment faire ?

« Faîtes au mieux et rendez-moi compte » telle est la formule ad hoc ; messieurs qui décidez : donnez leur cette consigne et vos collaborateurs trouveront la bonne martingale. Ils l’auraient d’ailleurs empruntée, hors de votre vue, pour exécuter un ordre aberrent, un ordre puisé dans votre grande gidouille !

Pour les autres, aussi fêlés que vous vous permettez parfois de l’être, préparez-vous à  vous éclater contre murs et moulins à vent avec eux…

Si vous êtes masos c’est bon : votre autorité ne sera pas contredite et vous allez beaucoup souffrir…

Un vieil adage dit:

 

 

« Chantez à l’asne, il vous fera des petz ! »

[Ducatiana, vers 1406]

11/05/2010

burqa, levons le voile

Petite contribution au débat :
burqaweb.jpg

 Messieurs de l'intelligentsia, avant de parler  regardez les images, les videos, sur le web il y en a profusion :

 

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Viendrez-vous ensuite nous exposer que la burqa "protège la femme" ou que"toutes les religions, de tout temps, ont créé des normes en matière vestimentaire ?

TDB

19/04/2010

L'numérique, l'numérique, je veux l'avoir

ortf.jpg

« L'numérique, l'numérique, si c'est un rêve je le saurai ! »

Je m'exaspère pour la millionième fois en subissant la pub à la télé pendant mon repas si fin, concocté par mon épouse aimée (ha les mains d'une femme dans la farine !)...  Le sujet du racolage cathodique du moment : le débouchage (sans odeurs) des waters qui suit avec brio un exposé sur l'étanchéité des serviettes périodiques... pas très catholique tout çà, pas très gastronomique non plus. Bon appétit !

Cher Degas qui disait du téléphone : « on vous sonne comme un domestique et vous accourez » que trouverais-tu pour la télévision et la pub ? Peut-être : « on vous emplit comme un pot de chambre et vous en redemandez »?

Et vous, qu'en dites-vous, les bien pensants de la pensée unique, si prompts à défendre les libertés futiles car vous faites du fric avec en oubliant les libertés essentielles car elles vous obligent à tout remettre en cause ?

Je mes suis alors rappelé tout, en zappant cette p. de pub, un procédé radiophonique qui nous avait, chefs de service des RG, beaucoup perturbés à l'époque...  les flashes d'info d'une station d'implantation nationale (presque...). Le principe était simple : toute nouvelle importante faisait l'objet d'une annonce immédiate : les transistors (eh oui, c'était la préhistoire...) des auditeurs potentiels passaient alors d'un état de veille silencieuse à une mise en marche automatique sur les ondes de la station pour le temps du scoop, avant de retourner au mutisme total mais vigilant.

Imaginez quels dégâts cette invention diabolique pouvait induire dans la routine quotidienne d'un service de renseignement censé connaître tout avant tout le monde !  La Direction dans sa grande bonté ayant dotée les grands chefs des fameuses radios hystériques et pas les petits chefs que nous étions, nous devions répondre couramment (couverts de plâtre, car nous étions tombés du plafond) à des coups de téléphone du genre « alors on séquestre votre recteur et vous n'êtes pas au courant ? »

Obligés de battre notre coulpe, d'acheter sur nos deniers cette maudite radio-zizanie, de vérifier les canards hertziens balancés par de pseudo-journalistes reprenant n'importe quel évènement décrit par quelque auditeur avide de porte-clefs ! (Etonnez-vous qu'on s'en rappelle encore !)

Toute souffrance pouvant être constructive, j'ai donc échafaudé une petite théorie dont je m'ouvre encore une fois à nos chers gouvernants (qui me répondent pourtant si souvent « Ferme-la ! ») :

Si, un jour (ou peut rêver, pas vrai Joe ?), vous considériez qu'il n'est pas tout à fait normal que chaque citoyen se fasse violer à domicile plusieurs fois par jour (c'est une tournante !) par l'imbécilité crasse, l'absence de bon goût (c'est le moins que l'on puisse dire !), le mercantilisme agressif et dévastateur («  Oh, bouffon, quitte ton nij, j'le kif grave, c'est d'la marque ! »)... sans qu'il ne puisse réagir autrement qu'en coupant le son ou en se privant totalement de ce qu'il aime et que vous taxez par ailleurs...

Alors c'est simple, surtout avec le numérique, je vous donne la solution : vous obligez de manière définitive les stations de télé à émettre un signal numérique donné transmis sur les ondes pendant toute la durée de la pub.

Nos récepteurs seront équipés pour recevoir ce bip et l'on pourra programmer à l'avance qu'une autre chaine sans pub prenne alors le relai sur notre écran de la chaine infestée par les annonceurs ou que le magnétoscope ou le lecteur de DVD se déclenche, que la grille des programmes apparaisse etc etc ;  cela pour le temps de la pub avec enfin l'option, la porteuse interrompue, de retourner ou non sur la chaine d'origine.

C'est techniquement parlant enfantin à réaliser... J'ai pris les brevets, mais je ne demanderai pas cher vu le potentiel quantitatif des ventes, et je jure que l'on reversera une partie des royalties à des centres des centres de soins pour pub-victimes.

« Le numérique, le numérique, je veux l'avoir et je l'aurai ! » direz-vous et vous aurez raison !

 D'autant que l'on n'en restera pas là : pensez, si on pouvait supprimer les personnages intervenant dans les magnifiques paysages des documentaires pour nous balancer la bonne leçon écolo-lolo et les remplacer par un animal familier et une ambiance musicale (jusqu'à présent vous enleviez le son, mais c'est un brin tristounet...) ; si l'appareil zappait automatiquement à l'apparition de certaines célébrités (Djamel Demi-Bouse ou Quart de La Brunie par exemple), qu'il aurait appris à repérer par reconnaissance numérique (la seule d'ailleurs qu'il est raisonnable de leur dédier)... quelle sérénité, quel confort recouvrés !

Allez, j'ajoute à ma télécommande deux boutons, voici leur logo : "][" pour l'un et  "V" pour l'autre... le premier servira pour vous rendre plus agréables à regarder en les rétrécissant les danseuses ou chanteuses au gros cul et courtes pattes dont on nous gave faute d'en trouver des fines et belles ; l'autre pour élargir les épaules et affiner la taille de tous nos jeunes garçons victimes de la bouffe labellisée Mac Do !

Réfléchissez, vous trouverez, j'en suis sûr, d'autres martingales contre les gales du relai hertzien, du satellite ou du câble... (plus on les voit plus on se gratte et plus ils nous irritent)

Allez, une petite note positive... à l'inverse, votre fenêtre familière sur le monde pourrait s'ouvrir d'un coup, tous programmes interrompus, sur le seul passage à la télé de votre artiste (ou politique, je suis bien gentil aujourd'hui !) préféré mais boudé d'ordinaire par le pifomètre pipé du PAF. Vous l'auriez loupé autrefois, maintenant, comme vous l'avez intelligemment listé dans votre bibliothèque de favoris, il surgit devant vous au meilleur moment du repas.

« Joe DASSIN, eh bien... çà fait un bout qu'on ne t'a pas vu ! »

 

« Mes amis je vous dis adieu

« Je devrais vous pleurer un peu

« Pardonnez-moi si je n'ai dans mes yeux

« Que l'numérique, l'numérique »